CONSTAT :

Si le personnel est quotidiennement confronté à la mort, ce n’est pas le cas des familles qui se plaignent trop souvent du manque d’empathie des professionnels, de la priorité donnée aux tâches administratives et comptables avant même d’avoir pu se recueillir, et plus globalement d’un sentiment d’abandon.

NOUS PROPOSONS :

• Que des formations présentant les bonnes pratiques pour accompagner les résidents en fin de vie et leurs proches soient proposées aux professionnels tous les cinq ans.

AVANTAGES :

  • Les proches satisfaits de leur accompagnement au moment d’un décès seront les premiers à recommander l’établissement. Le secteur des maisons de retraite ne pouvant négliger le moindre retour positif, devrait accorder la plus grande importance à cet accompagnement qui ne coute rien (quelques minutes d’échanges, une lettre de condoléances, etc.).
  • Les professionnels à qui l’on rappelle la très forte dimension humaine de leur métier sont valorisés car ils ont une expertise unique dans l’accompagnement des décès.