Selon une étude CSA, 83% des Français préfèreraient vieillir à domicile. Cette volonté est plus difficile à satisfaire face à l’épreuve de la perte d’autonomie. Quelles sont les solutions pour une personne âgée qui souhaiterait se maintenir malgré une perte d’autonomie ?

Le statut d’aidant familial ou aidant naturel

La France compte plus de 4.3 millions d’aidants familiaux (anciennement aidants naturels) pour les personnes âgées. C’est la solution la plus naturelle : celle de prendre en charge familialement la perte d’autonomie d’un proche. Depuis peu, cette situation de fait est reconnue par le droit français qui accorde un véritable statut aux aidants familiaux pour les protéger.

Ainsi, sont reconnus comme des aidants les personnes qui assurent un suivi régulier et d’une certaine intensité à des proches connaissant des difficultés de vie importante. Aider un proche atteint de la grippe une quinzaine de jours ne suffit pas à obtenir le statut d’aidant familial. En effet, la régularité (suivi long dans le temps) et l’intensité (importance du besoin de la personne aidée) sont déterminantes.

Ce statut ouvre droit à des formations spécifiques mais également à un droit au répit et un congé d’aidant.

Le droit au répit est une aide financière (500€ max par an) délivrée en plus de l’APA pour permettre à l’aidant d’être relayé. Elle permet ainsi de financer un auxiliaire de vie professionnel ou un séjour court en établissement.

Le congé d’aidant est un congé pour les aidants qui exercent une activité professionnelle. L’employeur est dans l’obligation de l’accorder. Ce congé est de 3 mois maximum par an mais peut-être fractionné dans le temps.

Il est aussi possible d’obtenir le statut d’aidant salarié si la personne âgée dépendante accompagnée est bénéficiaire de l’APA. Cette allocation peut ainsi lui permettre de rémunérer un proche aidant familial. L’APA prend en effet en charge le dispositif d’aide à domicile (en intégralité ou en partie, en fonction des revenus). Aussi, elle peut donc servir à rémunérer un proche. Toutefois, ce statut oblige l’aidant à respecter des conditions de travail.

La situation d’aidant familial peut être difficile à porter sur le long terme. Faire appel à des auxiliaires de vie professionnelles est un moyen de soulager ce poids.