Pour adapter son logement à la perte d’autonomie, de nombreux aménagements sont nécessaires et peuvent devenir couteux. Cependant, pour financer ces aménagements, des aides peuvent être allouées.

Adapter et sécuriser son logement

Des achats de matériel adapté et des aménagements peuvent être nécessaire pour limiter le risque d’accident à domicile.

Matériel à acheter

Au niveau du matériel à acheter, il faut savoir distinguer ce qui relève de la nécessité et ce qui est plus une affaire de confort. L’important, c’est d’avoir un coup d’avance sur la perte d’autonomie et de prévoir les risques avant que ceux-ci n’interviennent.

Ainsi, sont recommandés, en fonction des besoins de la personne âgée :

  • Des aides au déplacement : canne, déambulateur, fauteuil roulant, …
  •  Pour le transfert : barres d’appui, lève-personne, …
  • Pour la communication : téléphone adapté, bouton d’appel d’urgence, appareils auditifs, …

Les aménagements à prévoir

Différents aménagements peuvent être nécessaires. Voici donc une liste indicative de choses à réaliser :

  • La pose de volets roulants automatisés et centralisés.
  • L’adaptation de l’éclairage pour éviter les chutes (détecteurs de mouvements).
  • Aménagement de la salle de bain : siège de douche mural, baignoire à porte ou encore WC surélevés.
  • Pose de revêtement antidérapant aux endroits stratégiques (escaliers, sols glissants).

Tout ces aménagements peuvent avoir un coût important mais des aides sont disponibles pour financer ces dépenses.

Quelles aides possibles ?

L’ANAH (Agence Nationale de l’Habitat) peut prendre en charge une partie des dépenses d’aménagement. Pour cela, vous devez être propriétaire d’un logement de plus de 15 ans et percevoir des revenus modestes (moins de 26 923€ pour un couple depuis 2017). L’ANAH peut alors prendre en charge jusqu’à 50% des dépenses d’aménagement, en fonction de vos revenus.

Par ailleurs, certaines caisses de retraite proposent des aides complémentaires pour de tels aménagements. Il faut en faire la demande auprès de votre agence habituelle.

Enfin, certains aménagements peuvent être pris en charge dans le cadre de l’APA (Aide Personnalisée d’Autonomie) ou de la PCH (Prestation de Compensation du Handicap). Il faut alors se renseigner auprès des organismes compétents.